Je ne sais pas si je suis représentative, mais plus la température baisse, plus mon estomac se transforme en un puis sans fond. Impossible de sortir de table sans mon carré de chocolat, qui arrive évidemment après une orange pour la Vitamine C ET mon yaourt préféré au muësli….tout ça après une fondue, bien évidemment et arrosé de vin blanc.

Alors évidemment avec Paris sous la neige, la situation commence à être critique en termes de culotte de cheval. Et c’est là qu’intervient l’huile essentielle de pamplemousse. C’est l’alliée n°1 pour éviter ce capiton qui te fout la honte à la piscine au mois d’avril, quand tu te décides à te délester de ces satanés 3 kilos de l’hiver.

La liste des propriétés de cette huile alliée des filles est longue :

– quand on la respire, elle diminue l’appétit, en témoigne de nombreuses études menées au Japon et cet article du ELLE sur le secret minceur de Jenifer Lopez

– en application locale, elle est drainante, diurétique et elle augmente la capacité des cellules adipeuses à destocker la graisse qu’elles contiennent.

– mélangée à un shampoing, elle freine la chute de cheveux et à une crème de jour elle a des vertus astringents (avis aux pores dilatés, #vismavie)

– en diffusion dans la pièce, elle désinfecte l’atmosphère.

J’ai lu dans plusieurs articles qu’on pouvait l’utiliser pour la cuisine, je n’ai personnellement jamais essayé…je me réserve pour l’arrivée d’avril et la fin de la saison de la raclette. D’ici là je mets toutes les chances de mon côté pour traverser l’hiver sans bouée !

Si vous n’avez pas l’équipement adéquat pour le poste, il vous suffit de le faire vous-même

Angus MacGyver