Académie Scientifique de la beauté, la beauté démocratisée

C’est en 1890, en plein cœur de la Belle Epoque que naît l’Académie Scientifique de la beauté; fondée par le docteur Alexandre Lamotte. Cet homme était visionnaire puisqu’il a fondé le tout premier institut de beauté, et avait sans doute l’esprit de contradiction en créant sa désormais culte « Princesse des Crèmes » et la « Princesse des poudres »  à l’époque ou la récente République avait fait consensus et les princesses n’avaient plus vraiment le vent en poupe, en tout cas en France.

Femmes dans la rue, Belle Epoque

Sans être réac, c’est toujours fascinant de regarder ces photos anciennes où on sent qu’être femme était un art, et le moindre détail était choisi avec soin. J’adore le droit d’être mal peignée, de mettre un jean 6 jours sur 7 (et j’en abuse) mais retrouver parfois la futilité érigée au rang d’art de vivre, c’est pas désagréable. C’est ce qui m’a poussée à me pencher sur cette Princesse des Crèmes et cette marque au nom aussi étonnant : on sent qu’on a affaire à un monument, et l’histoire j’aime bien ça.

Le pot de la crème phare de la marque a d’ailleurs été ré-édité dans son conditionnement d’époque – pot en opaline surmonté d’un capot doré – argument supplémentaire pour se pencher sur la question : elle allie désormais le meilleur de la techno actuelle à l’actif phare de la formule originale, le lys blanc royal reconnu pour ses vertus hydratantes et anti-âge. Princesse des Crèmes

L’idée d’avoir un soin anti-âge qui a 125 ans est savoureuse, et le test concluant. La texture est assez riche, très hydratante mais pénètre vite (parfaite pour se protéger du froid !) et l’odeur extra. Elle est tellement jolie que je l’économise : c’est très décoratif sur une étagère de salle de bain. Elle est plus chère qu’une crème en pharmacie…mais à l’image d’une époque plus tout à fait de mise où on avait peu de choses mais que de très belles, dans laquelle je me retrouve et qui finalement résonne beaucoup avec l’actualité. Et après tout, c’est ça l’intérêt de la cosméto : se sentir princesse, même si c’est de sa salle de bains ! 🙂

 

 

 

Share This:

Leave a Comment

Required fields are marked *.


This site is using the Seo Wizard plugin developed by http://seo.uk.net